• English
  • Français

Vous êtes ici

Le cinéma à Marseille : une longue histoire d'amour retracée dans le dernier numéro de la revue "Marseille"

27 octobre 2020

Alors qu'il est très fortement impacté par la crise sanitaire en cours, le secteur du cinéma et de l'audiovisuel est mis à l'honneur dans la dernière livraison de la "Revue Marseille". 
Ainsi, ce numéro 267 de la revue donne un coup de projecteur sur cette filière culturelle majeure pour la cité phocéenne, ville de création, de tournage et de production, en un mot, ville de cinéma.
Ce numéro a bénéficié de l’expertise de Jeanne Baumberger, éminente critique et historienne du 7e Art. 

EDITORIAL

L’art et l’engagement politique ont un point commun : les deux sont une réponse à une urgence, ressentie au fond de soi. Une urgence à dire et à faire quelque chose. La politique veut changer le monde par une action collective.
L’art change les êtres, en provoquant des émotions qui naissent au plus profond de nous.

Ce numéro de la Revue Marseille est consacré à une forme d’expression artistique, le cinéma. La crise qu’il traverse, liée à une pandémie comme dans le mauvais scénario d’un film-catastrophe, nous rappelle que Marseille est aussi dans une urgence. Notre ville fut  Capitale européenne de la culture en 2013, elle est riche de deux millénaires de civilisations, mais elle est devenue une ville où l’art et la culture ne sont plus partagés. Les Marseillais ne savent même plus ce qui se passe dans leurs musées ou leurs théâtres, l’information culturelle est inexistante depuis... le siècle dernier ! Les équipements destinés au partage des arts et des livres – bibliothèques, écoles de musique, cours d’arts plastiques, lieux de pratique culturelle pour tous… – sont indignes de la deuxième ville de France.

La défense de la culture est donc devenue une urgence. Notre urgence.

La culture à Marseille doit aller partout. Nous allons rouvrir des Maisons des cultures et restituer leurs droits culturels aux Marseillais, pour que chacun puisse pratiquer un art, avoir accès à une vie culturelle, exprimer sa liberté de créer. Les priorités sont les bibliothèques et la lecture publique, l'éducation artistique et culturelle pour les plus jeunes, une ouverture au monde sans laquelle il ne peut exister de véritable démocratie culturelle.
Nous voulons que la culture hip-hop trouve des lieux d’expression, que les nuits soient animées de fêtes, même s’il faut pour cela élargir les horaires des transports en commun ou un réseau de transport public fonctionnant toute la nuit avec des arrêts à la demande. Mais nous voulons aussi obtenir le statut d’Opéra national pour l’Opéra de Marseille, pour qu’il bénéficie des financements d’État et métropolitains, pour une plus grande capacité de production et de diffusion, et un auditorium comme toutes les grandes villes.

L’urgence est de soutenir la création artistique dans toutes ses expressions, pour que chacun puisse y accéder, y contribuer, la partager, pour que personne ne s’interdise de proposer des projets, s’ils sont réalisables dans le mandat. Le but n’est pas de proposer le Marseille de 2040, mais de réaliser le Marseille de 2026 : nous avons un train de retard, nous allons le rattraper. Et nous referons de Marseille un pôle de qualité artistique accessible à tous et qui attire les plus grands artistes.

Bien sûr, la Covid nous contraint. Et le gouvernement ne nous aide guère, qui nous pousse d’un côté à ouvrir les établissements scolaires ou à remplir jusqu’à saturation nos moyens de transports publics, et d’un autre côté bloque les salles de cinéma, les théâtres et les concerts, imposant des conditions d’exploitation qui n’autorisent pas la survie économique.

Mais un virus ne changera pas Marseille. Notre ville résistera et restera notamment une ville de cinéma. C’est une affaire d’histoire(s), de lumière, de personnages contrastés, des tragiques qui font rire, des comiques qui font pleurer. Comme le répète mon adjoint à la culture, Jean-Marc Coppola : « Le cinéma fascine et Marseille dérange : peut-on rêver d’une meilleure alchimie pour faire des films ? » Notre volonté et notre ambition sont d’accueillir encore plus de créations et de productions, et que notre cité devienne une plateforme des métiers du cinéma.

 

Michèle Rubirola,
Maire de Marseille

­
Téléchargez le sommaire 
 

  • Le numéro 267 est en vente en kiosques
  • Vous pouvez aussi le commander directement sur la boutique en ligne de Marseille.fr, tou­t ­ comme les anciens numéros encore disponibles.
     
  • Enfin vous pouvez le commander par courrier directement au siège de la revue ou également le retirer sur place :­  ­

    Revue Marseille

    Maison Diamantée
    2 rue de la Prison
    13002 MARSEILLE
    Tél : 04.91.14.64.16  
    E-mail : revuemarseille@mairie-marseille.fr
    Tarifs : 8€ l’exemplaire, 26€ l’abonnement de 4 numéros ou 48€ l'abonnement de 8 numéros.
    Chèque établi à l’ordre du "Trésor Public".  Frais de port inclus.

MARSEILLE TERRE DE TOUS LES TOURNAGES


Télécharger le portfolio des décors marseillais

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 
 

  Live Tweet